Krisis contre les chiens de garde de la pensée unique, Thibault Isabel


Krisis contre pensée unique
Article : En mars dernier, Manuel Valls s’en était pris publiquement à notre groupe éditorial dans sa polémique contre Michel Onfray. Les chiens de garde de la pensée unique l’avaient vite rejoint dans ses aboiements intempestifs. Nous étions accusés de «brouiller les repères» et d’effacer les anciens clivages. Renaud Dély, rédacteur en chef du Nouvel Observateur, avait alors traité Krisis de revue «élitiste», qui «complexifie» la pensée. Avoir une pensée «complexe» semble donc être une insulte à ses yeux ; c’est dire dans quel état de déliquescence se trouvent nos médias actuels !

En vérité, nous sommes fiers d’œuvrer depuis près de trente ans à une vaste entreprise de réflexion. Des intellectuels de tous les bords se rejoignent pour dénoncer la mort de l’esprit, la crise de la culture et l’arraisonnement du monde à la logique marchande.

Continuez à nous suivre dans notre combat pour les idées. Une nouvelle dynamique est en marche. Notre revue devient trimestrielle et adopte une nouvelle couverture couleur, avec une équipe plus étendue et des moyens supplémentaires.

Grâce à vous, Krisis restera un précurseur dans l’animation des grands débats intellectuels hexagonaux.

rechercheLa réponse de Thibault Isabel à Renuad Dély se trouve ici






Posts les plus consultés de ce blog

La crise française, Pierre Manent

Les origines de la modernité, Rémi Brague

Le socialisme est-il mort ?, Denis Collin

"On ne peut être citoyen que d’une entité politique et le monde n’en est pas une", Alain de Benoist

«Les théories du genre signent la mort du sexe», Thibault Isabel

La financiarisation de l’art contemporain, Jean-Louis Harouel

Dieux et héros des anciens Grecs (1/2)

La démocratie directe : un chantier politique urgent, Frédéric Dufoing

Alain de Benoist, propriétaire de l'une des plus grandes bibliothèques privées d'Europe